Excursion à Masaya

Masaya

Et un petit tour au marché  !

Après une semaine passée à Granada, nous décidons de lever le camp avec un ou deux jours d’avance. En effet, si nous voulons aller sur les îles Corn dont nous avons tant entendu parler, il nous faut faire vite, car il n’y aurait qu’un seul bateau par semaine pour y aller… il ne faut donc pas le rater. Nous pensions rester un ou deux jours supplémentaires à Granada pour visiter les musées qui étaient fermés pendant la Semaine Sainte, mais tant pis, nous mettons les voiles pour aller attraper notre bateau. Nous décidons quand même de nous arrêter en route visiter le fameux marché de Masaya, célèbre dans tout le pays pour son artisanat, et qui est sur notre route ! Nous montons donc dans un chiken bus direction Masaya et attendons le départ : oui car il faut savoir qu’ici il n’y a pas vraiment d’horaires de bus, ils partent seulement quand ils sont pleins, il faut prendre son mal en patience. Ensuite à chaque arrêt il se remplit un peu plus… on se demande comment il est possible de mettre autant de personnes dans un même véhicule, sans oublier les marchands ambulants qui montent et descendent du bus pour nous vendre chichi, chouchou, eaux de coco et boissons dans des petits sachets en plastiques. On prend des coups de coudes et de genoux dans tous les sens mais on surveille étroitement nos sacs…

Les "Chiken bus" se sont ces vieux bus scolaires américains, envoyés un peu partout en Amérique Centrale par les États-Unis, pour être transformé en bus "urbains ".
Les « Chiken bus » ce sont ces vieux bus scolaires américains, envoyés un peu partout en Amérique Centrale par les États-Unis, pour être transformés en bus « urbains ».
Nous voilà bien installés dans le bus, on attend le départ !
Nous voilà bien installés dans le bus, on attend le départ !
Pendant le trajet, les paysages qui défilent devant nous sont bien arides !
Pendant le trajet, les paysages qui défilent devant nous sont bien arides !

Après 1h00 de bus nous voilà à Masaya ! En fait on ne s’attendait pas vraiment à arriver dans un tel endroit. Le terminal de bus se trouve dans le marché, mais on dirait plutôt une immense décharge, c’est sale, très sale… des ordures et beaucoup de boue jonchent les allées. On s’arrête même pour que je mette mes chaussures car il est impossible de marcher en tongs ici (tellement certaines allées sont boueuses !). Étrange pour un lieu qui est pourtant très touristique d’après les guides.

Nous arrivons à Masaya et descendons du bus directement au coeur du marché !
Nous arrivons à Masaya et descendons du bus directement au coeur du marché !
Quelques étales du marché extérieur
Quelques étales du marché extérieur
Dernière photo prise avant de nous aventurer dans le marché couvert, ensuite nous avons ranger nos appareils pour plus de sûreté ;-). Nous n'avons donc pas de photos de l'intérieur à vous montrer... mais imaginer cela comme un vrai labyrinthe !
Dernière photo prise avant de nous aventurer dans le marché couvert, ensuite nous avons rangé nos appareils pour plus de sûreté ;-). Nous n’avons donc pas de photos de l’intérieur à vous montrer… mais vous pouvez imaginer cela comme un vrai labyrinthe!

Ensuite ce fût l’aventure à l’intérieur du marché couvert… déjà il est difficile de déambuler dans les allées avec nos gros sacs à dos et surtout il est immense ! Nous passons devant des poules, des cochons traînés par les pattes dans les allées, des étales de légumes et céréales, vêtements, bric à brac… et nous mettrons presque une heure à trouver le petit coin dédié à l’artisanat. D’ailleurs nous avons demandé notre « route » plusieurs fois, et une marchande nous a gentiment indiqué la direction en précisant que nous n’aurions jamais trouvé tous seuls. Nous n’étions pas rentrés par le bon côté et on en était loin ! Après quelques emplettes ici, nous décidons aussi d’aller dans le second marché d’artisanat de Masaya pour jeter un oeil par curiosité. Le deuxième marché est en centre ville et il dédié aux touristes… (Mais c’est donc ici qu’ils viennent tous, on comprend mieux !). Tout de suite on nous parle anglais, on nous propose des prix exorbitants, presque trois fois plus chers que dans le marché local mais pour des produits quasi identiques. Certes l’endroit est plus sympathique et les allées deux fois plus larges, mais c’est un peu trop touristique à notre goût ! 😉

On profite de cet article pour faire une petite parenthèse sur un sujet qui nous tient à coeur et qui nous a beaucoup choqué ici au Nicaragua, c’est l’état de pollution impressionnant de la nature. Les champs de sacs plastiques sont légions ici et surtout c’est parfaitement normal aux regards des habitants. Les enfants jetent leurs cannettes au sol sous les yeux de leurs parents, alors qu’une poubelle se situe à deux mètres. Un adulte balance ces papiers de gâteaux par la fenêtre du bus (quand ce n’est pas dans le bus, sous les pieds du voisin). Et pendant notre trajet en bateau, nous avons vu un grand nombre de bouteilles en plastique finir dans la magnifique mer des Caraïbes, alors qu’il y avait une poubelle juste à côté de nous encore une fois… Malheureusement les gens sont tellement pauvres au Nicaragua qu’il faut bien admettre que l’environnement est la dernière de leurs préoccupations. Quand dans certaines familles seule une ou deux personnes travaillent pour en nourrir 10 autres (à cause d’un très fort chômage), c’est sûr que ce n’est pas facile. C’est toute la situation qui nous fait mal au coeur, l’environnement certes (car nous y sommes sensibles), mais surtout les conditions sociales dans le pays, le manque d’éducation et les enfants qui sont loin de tous pouvoir aller à l’école… Disons que le système politique du pays n’aide pas vraiment à  améliorer les conditions de vie de ces citoyens.

Revenons maintenant à notre récit, car encore deux jours entiers et deux nuits de trajets nous attendent pour arriver dans les îles ! On file !

La plage nord de Big Corn Island
La plage nord de Big Corn Island

 

1 Comment on “Excursion à Masaya

  1. Malgré les aléas de la vie il est bon d’être français. Nombre d’entre nous devraient passer quelques temps dans ces pays, ils reflechiraient avant de gémir! Attendons la suite avec impatience

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *