Panama City

Panama city

Bonjour… Et au revoir !

Mercredi 3 février, nous sortons de nos duvets à 3h du mat’ direction l’aéroport pour nous rendre au Panama. Nous sommes ravis de quitter le froid New Yorkais pour le soleil, la plage… Et le carnaval du Panama ! Nous arrivons en fin d’après-midi et prenons un taxi direction l’auberge de jeunesse réservée dans le quartier touristique de la vieille ville « el Casco Viejo »! Nous prenons le temps de découvrir ce quartier touristique pendant notre première soirée et faisons une jolie balade dans des rues colorées avec de jolies maisons restaurées de type coloniales, qui côtoient également des bâtiments complètement en ruines…

IMG_20160222_010424
Première soirée dans le quartier ancien (et touristique) : le quartier du Casco viejo

IMG_20160222_010719

Les premières impressions sont mitigées mais se confirmeront les jours suivants. Panama City ressemble quand on la traverse à une mégalopole Nord Américaine, des buildings, encore des buildings, des constructions partout, une circulation infernale des voitures et taxis en ville… Les gens sont pressés, les rues sont très sales, les bonnes odeurs des fleurs ou d’orchidées ne sont pas au rendez-vous. Qu’à cela ne tienne, nous ne nous décourageons pas pour autant (pas tout de suite du moins…).

D'un côté les buildings du quartier des affaires...
D’un côté les buildings du quartier des affaires…
...de l'autre la vue sur le quartier ancien!
…de l’autre la vue sur le quartier ancien !
La cathédrale
La cathédrale

Nous avons réservés 4 nuits à l’auberge de jeunesse pour visiter la ville et profiter des deux premiers jours du Carnaval (qui dure du vendredi soir au mardi). Notre mission du premier jour (et qui nous occupera pendant deux jours quasi complets ) et de trouver une petite bombonne de gaz pour note réchaud, car nous prévoyons ensuite de partir en trek sur une île, et il faudra bien cuisiner un peu. Ce fût une galère sans nom, et la première épreuve fût déjà de se faire comprendre des habitants de Panama City, qui apparemment n’avaient aucunement l’intention de nous aider… « Gaz para el camping gaz….. Por favoŕrrrr….. », nous avons dû le répéter une bonne centaines de fois, pris plusieurs bus ou métro et passé deux après-midis dans 2 centres commerciaux grands chacun comme au moins 10 fois la Part-Dieu à Lyon…. Et nous n’avons pas trouvé de gaz! Les bombonnes étaient incompatibles avec notre réchaud. Nous nous sommes donc rabattus sur un petit bidon d’essence (également possible pour alimenter notre réchaud). Ce ne fût pas simple non plus, mais nous en avons trouvé !  Et le tout dans une ville complètement embouteillée car la moitié des rues étaient fermées à la circulation à cause du carnaval. Voilà pour la petite histoire du réchaud et du gaz. Il faut préciser aussi qu’il est assez difficile de s’orienter ou de trouver des informations à Panama City (cela est également valable pour le reste du Panama!) : quand on demande une direction, une personne nous indiquera à droite, la suivante à gauche, la prochaine de retourner sur nos pas. A droite, tout droit, à l’étage, à gauche, pas par là mais par ici….. Nous avons trouvé une solution : comme dans un jeux de piste, tous les deux cents mètres nous nous arrêtions pour redemander notre chemin !

L'immense centre commercial d'Albrook, tout beau tout neuf, desservi par une ligne de métro toute neuve elle aussi !
L’immense centre commercial d’Albrook, tout beau tout neuf, desservi par une ligne de métro toute neuve elle aussi !

Revenons à Panama City. Nous avons beaucoup marché en ville, mais une fois sortis du quartier touristique, les rues sont assez inhospitalières… Les centres commerciaux inintéressants (et montrant un clivage plus que conséquent entre une partie de la population aisée et d’autres personnes beaucoup plus pauvres), et la circulation chaotique. Circonstances exceptionnelles, nous sommes arrivés deux jours avant le carnaval, donc à partir du vendredi beaucoup de rues ont été interdites à la circulation, et nous avons vu un nombre impressionnant de membres des forces de l’ordre patrouillant dans les rues. Incroyable : police, garde présidentielle, militaires, police touristique, il y avait des gens en poste à tous les coins de rues (sans exagération), assez pour qu’on se pose des questions !

Rue passante au bord de la baie de Panama Ciy
Rue passante au bord de la baie de Panama Ciy
IMG_20160222_010532
Depuis le Casco Viejo, vue sur les buildings. Nous sommes ici devant l’entrée du palais présidentiel, notez les gardes et la collection de 4×4 !

La sécurité renforcée semblait être liée au Carnaval, synonyme ici de fête non-stop pendant 4 jours. Contrairement à nos attentes nous n’avons pas assisté à de grands défilés, pas vus de costumes traditionnels, ou de traditions locales comme on l’espérait, notamment car il est absolument impossible de trouver un programme annonçant le déroulement des festivités. Le carnaval est bien entendu une fête traditionnelle, mais c’est surtout un grand weekend de fiesta, avec de nombreux concerts de stars locales, feux d’artifices tous les soirs, et musique jusqu’au bout de la nuit. Samedi nous avons attendu les festivités de la journée pendant toute la matinée et de même dimanche : nous avons attendu le défilé pendant plus de deux heures…. Avant d’abandonner. Il faut préciser que nous avons quand même eu le droit à la fouille corporelle comme tout le monde pour entrer dans la zone du Carnaval, et ils /elles n’y vont pas de main morte !

IMG_20160222_010404
Un petit tour au Carnaval
On arrose la foule avec les camions citernes, histoire de rafraîchir tout le monde
On arrose la foule avec les camions citernes, histoire de rafraîchir tout le monde

Nous avons quand même profité de nos 4 jours pour visiter un peu, et notamment le fameux Canal de Panama. Nous avons passé une bonne demi-journée à visiter le Musée du Canal, passionnant sur l’histoire du pays et de la conception du canal, et nous sommes ensuite allés voir le Canal aux Écluses de Miraflores. Ce sont les écluses qui se situent au Sud du Canal, et qui sont très proches de Panama City. Ce sont aussi celles qui ont les portes les plus lourdes et les plus grandes de tout le Canal. Nous avons donc été à l’observatoire pour essayer de voir passer des bateaux et après avoir attendu deux heures nous avons vu passer un « Panamax »! Les Panamax ce sont les plus gros bateaux que le canal puisse accueillir, ceux qui sont aujourd’hui conçus sur mesure pour s’engouffrer pile poil dans les écluses. Ils sont tellement grands et lourds qu’ils sont tractés par deux à huit machines surpuissantes pendant tout le passage de l’écluse. Certains sont tellement larges qu’il arrive parfois qu’ils frôlent les murs en passant ; les manipulations pour faire passer chaque bateau sont longues et très délicates pour faire avancer ces montres tout le long des écluses, et qu’ils s’engagent sans encombre dans le passage. D’ailleurs un référendum dans le pays a permis d’engager de grand travaux afin d’agrandir le canal, pour permettre le passage de nouveaux bateaux beaucoup plus grands, qui sont pour l’instant obligés d’emprunter d’autres routes navigables.

Les écluses de Miraflores, les plus au Sud du Canal
Les écluses de Miraflores, les plus au Sud du Canal
Faites place au "Panamax" !
Faites place au « Panamax » !

Nous avons ainsi appris beaucoup sur l’histoire du pays, pays qui fût le point de départ de toute la conquête des pays voisins, puisque c’est au Panama que s’installèrent les premiers colons qui utilisèrent la rivière et la route de l’actuel canal comme point de passage privilégié vers le Pacifique. D’ici ils continuèrent leur conquête de l’Amérique centrale, mais aussi vers la Colombie ou encore en bateau vers Californie pendant la ruée vers l’or. Mais l’intensité de la ville et la chaleur étouffante règne ici nous ont épuisé et nous partons donc (le dimanche) avec grand plaisir sur l’île toute proche de Taboga pour chercher un peu de repos et de fraîcheur…

Bilan de la capitale : une belle page d’histoire sur le Panama, très intéressante à découvrir, mais nous sommes aussi déçus par la dureté de l’accueil.

Nous sommes également surpris par le clivage économique et social qui divise la ville en quartiers très marqués. Ce qu’on veut dire par là c’est qu’en marchant dans la rue, nous traversons le quartier touristique avec ses hôtels bien rénovés et ses jolies rues pavées (et quelques ruines laissées à l’abandon entre 2 hôtels). Nous passons brutalement dans un tout autre décors moins reluisant (où les touristes ne sont peut-être pas censés se promener?) et où la misère est plus que visible et fait presque mal. Puis nous foulons une belle promenade toute neuve en bord de mer, passons devant le port et le marché aux poissons où les gens travaillent, dans des rues à la circulation chaotique avant d’arriver dans le quartier des affaires, ses tours style Dubai et son centre commercial aux prix exhorbitants (plus cher qu’en France oui oui..!)… Que de contradictions, la ville est ici difficile à appréhender et nous laisse une drôle de sensation. Une chose est sûre, nous ne sommes pas pressés de remettre les pieds dans la capitale…

Dernière vue avant de quitter la ville de Panama : le Pont des Amériques, qui relie historiquement les deux continents depuis la création du Canal.
Dernière vue avant de quitter la ville de Panama : le Pont des Amériques, qui relie historiquement les deux continents depuis la création du Canal.

Au revoir Panama City! Hola isla Taboga!

3 Comments on “Panama City

  1. olalala changement de décor effectivement .. c’est marrant de vous voir emmitouflée à NY puis en mode été pas longtemps après !
    Merci pour ces récits
    Prenez soin de vous
    Des bisous

  2. Ah ça y en aura d’autres des déceptions j’imagine… Vous vous êtes consolés avec une bonne bouteille de rhum ? 😉
    En tout cas vous avez une meilleure mine qu’à NYC !
    En France fait froid, puis chaud, puis froid… Du coup on sait pas trop ^^
    Gros bisous les loulous

Répondre à Malo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *